Accueil

___________________________________________________

Quel fut le rôle, et l'importance de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale ?

De 1940 à 1944, l'Allemagne hitlérienne domine le continent européen. L'ambition d'Hitler est de modeler autour du grand Reich germanique une Europe soumise, contrainte de mettre ses richesses humaines et économiques à sa disposition. Mais la nazification de l'Europe se heurte dans tous les pays à des actes de résistance, qui vont aller en s'amplifiant au fur et à mesure du durcissement des conditions d'occupation et de l'amélioration de l'organisation des réseaux de résistants.

Les mouvements et réseaux de Résistance obligent les occupants à rester en alerte et incitent les occupés à secouer leur léthargie. La résistance s'affirme très tôt à travers l'Europe, que ce soit en Pologne, où, dès octobre 1939, on commence à collecter des renseignements sur l'armée allemande et à cacher des armes, que ce soit en France, où en juin 1940 le jour même où le maréchal Pétain demande l'armistice , Edmond Michelet distribue des tracts reproduisant la phrase célèbre de Péguy, « Celui qui ne se rend pas a raison contre celui qui se rend ».
    Aussi les débuts sont-ils souvent très humbles : refus muets, gestes modestes et spontanés ou rassemblements populaires, exécution de consignes lancées de bouche à oreille ou propagation du « V » de la victoire tracé sur les murs… Bientôt les petits noyaux du début s'étoffent : c'est le stade de l'organisation et de la structuration, qui se traduit par la mise sur pied de réseaux de renseignements militaires, de publications clandestines, de filières d'évasion.

Les moyens de cette guerre souterraine sont multiples. Néanmoins, on peut esquisser trois modes d'actions principaux : La résistance « armée », La résistance « littéraire et écrite » et, La résistance « passive » (elle consiste à rejeter l’occupant en étant froid distant, par exemple)

Drapeau nazi brûlé

___________________________________________________

L'appel à la résistance

Alors que la France vient d’essuyer un cuisant échec un Général plus que déterminé à résister aux forces allemandes part pour Londres avec 100.000 Francs et la clef d’un petit appartement. Le Générale De Gaulle se rend à Londres pour organiser la Resistance Française ! Il demandera à Churchill d’utiliser la BBC pour lancer un appel : L’Appel du 18 Juin.

 

___________________________________________________

Quels furent les moyens de communication employés par la résistance ?

Les premiers moyens de propagande vont apparaître dès le début de la guerre, en 1939. Il y eut plusieurs moyens de propagande:

  • Les tracts

Le tract est une feuille de papier distribuée par les résistants sur laquelle figure un message de propagande, un texte ayant pour but de convaincre la personne aux idées des résistants, de l'encourager ou de la rassurer sur l'avancée des alliés. Le tract est distribué par des militants dans la rue, et dans les lieux publics. Lors de la Seconde Guerre mondiale, distribuer des tracts était puni par la peine de mort.
Il y eut aussi des tracts d'origine nazie, distribués par la milice.

.

tracts.png

  • Les journaux clandestins .

Il existait une autre sorte de propagande : elle se diffusait par les journaux clandestins. En effet, pendant l'Occupation, les journaux officiels étaient soumis à la censure, à la propagande et contrôlés par les Allemands. C'est pourquoi beaucoup de mouvements de résistance diffusaient leur propre journal clandestin qui n'était souvent constitué que d'un feuillet de quelques pages car les matières premières (papiers, encre) étaient peu disponibles et que les machines à écrire avaient été saisies. Il fallait donc disposer de machines à imprimer spéciales. La diffusion se faisait le plus souvent en passant le journal de main en main ou par la livraison à domicile. Nous pouvons citer quelques noms des journaux les plus populaires tels que Défense de la France, Libération ou encore Franc-tireur et Combat.

journal.png

  • Les tags

Les graffitis (ou tag) existent depuis plusieurs années et peuvent aller de simples marques de griffures à des peintures de murs élaborées.

Les graffitis urbains font leur appariation durant les guerres et lors des révolutions. Ils exprimaient en général un cri revendicateur, un moyen d'exprimer sa colère ou son opposition, ou alors une manière d'afficher ses couleurs pour des peuples n'ayant souvent pas le droit à la parole.

Dès 1940, les murs des villes perçoivent les premières traces de l'opposition durant l'occupation. Les affiches de propagande allemande sont souvent déchirées ou recouvertes d'inscriptions.

 

Graffitis laissés par un groupe de femmes, résistantes communistes : Jeanne Chauviré, Andrée Bonnavita, Norma Nicoletti, Eugénie (Yvonne) Fournier. Arrivées de la prison de Rennes et internées à Romainville le 6 avril 1944, elles sont déportées le 18 à Ravensbrück. Photo E. Jacquot / AD93.

 


 

img-08122012-221418.png

img-08122012-221622.png

Graffitis laissés par Armand Dutreix en juin 1943. Ce résistant de l’Armée secrète (AS) de la Haute-Vienne est fusillé comme otage au Mont-Valérien le 2 octobre 1943. Photo E. Jacquot / AD93.

Fernand Dalaine laisse ce graffiti sur le mur de la casemate n°17 en 1943. Radio au sein du réseau Dastard, il est arrêté à Héricy-sur-Seine en Seine-et-Marne. Arrivé au fort de Romainville en novembre 1942, il est déporté dans un convoi de détenus classés "NN" le 16 août 1943. Il décède à Nordhausen en avril 1945. Photo E. Jacquot / AD93.

img-08122012-222511.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

Bienvenue !

Sur ce site, vous trouverez des articles illustrés par des images et par des vidéos.
Les images et les vidéos ne sont pas de nous, elles ont étés trouvé sur le web.
Les articles, par contre, ont TOUS étés écrit par nous.
Vous pouvez reprendre le contenu de ce site sans modération, tout est libre, car d'après nous, la culture se doit d'être libre et illimité !

Sur ce, bonne visite !